Evitez ces 5 erreurs de débutant

Il vous arrive d’avoir des photos ratées sans savoir pourquoi? De ne pas savoir quel réglage utiliser ni comment? De trouver qu’il y a trop de boutons sur votre appareil?

Je comprends.

Tout au long de ces années de photographie, j’ai fait un nombre incalculable d’erreurs (pour utiliser un mot poli).

Malgré les connaissances de bases (ouverture, vitesse, ISO, mise au point…), je me retrouvais souvent avec des photos ratées.

La photographie n’est pas une affaire de technique. C’est vrai. Mais tant que l’on ne la maîtrise pas un minimum pour ne plus y penser et se concentrer sur l’essentiel, on s’empêche de progresser.

Pour beaucoup d’entre vous, vous devez passer par les mêmes soucis techniques par lesquels je suis moi-même passé (et y retourne de temps à autre :))

J’ai donc choisi de vous lister les 5 erreurs les plus courantes en photographie que j’observe souvent chez les débutants pour vous éviter de faire les mêmes.

Retenez-les bien et je vous assure que vous aurez moins de déchets, des photos plus nettes et de meilleure qualité.

Maintenant on ouvre ses yeux et on connecte son cerveau (voire on prend des notes si on est très chaud).

1. Ne pas monter assez les ISO

C’est habituel d’entendre qu’il faut garder les ISO le plus bas possible pour éviter d’avoir du bruit. Vous savez les petits grains qui parsèment parfois votre photo.

exemple de bruit numérique en photographie

Exemple de bruit à plusieurs niveaux d’ISO. Aujourd’hui la qualité a fortement progressé.

Ceci est vrai. Cela gâche la netteté.

Toutefois ce conseil était plus juste il y a quelques années. Les premiers appareils numériques avaient une qualité détestable quand on montait les ISO.

Bonne nouvelle : ce temps est derrière nous. Aujourd’hui les nouveaux appareils (smartphones inclus) peuvent se permettre de shooter à ISO 800, 1600, 3200 en gardant une très belle qualité.

Alors n’hésitez pas à monter les ISO dès que vous êtes en situation de lumière difficile (intérieur, crépuscule, aube…).

Vous vous éviterez les photos floues irrattrapables en post-traitement bonnes à jeter à la poubelle (contrairement au bruit qui se retouche facilement). Quitte à choisir je sais ce que je prends.

CONSEIL:

Faites un test avec votre appareil: prenez trois ou quatre photos d’un même endroit en basse lumière en augmentant à chaque fois les ISO. Puis regardez en zoomant le grain qui apparaît. Cela vous renseignera sur la qualité de votre appareil. Vous prendrez vos décisions en conséquence. Personne à part vous ne peut le savoir.

REGLAGES CONSEILLES :

  • Photo sur trépied: ISO minimum (ISO 100 dans mon cas)
  • En pleine journée: ISO 100 à 400. A moins que je shoote avec une ouverture maximum (f/2.8) en milieu de journée, je suis quasi tout le temps entre ISO 200 et 400.
  • Faibles lumières (intérieur, jour couvert, ombre…): 800-1600
  • Fin de journée, nuit, concert: 3200 voire 6400.

Résultat : je ne prends presque plus jamais de photos floues. Ou en tout cas si je le fais, je n’hésite plus à pousser les ISO pour rectifier.

Capito ?

2. Utiliser une vitesse d’obturation trop basse

La première cause de flou ! Alors qu’il existe une règle si simple à appliquer :

Ne descendez jamais votre vitesse d’obturation en-dessous de la valeur de votre focale.

Autrement dit, si vous photographiez avec une focale de 50 mm, votre vitesse devra être réglée au 1/50e de seconde (ou plus rapide). Cette règle fonctionne très bien.

Cela est encore plus critique pour les longs zooms car un objectif de 300 mm nécessitera une vitesse d’obturation de 1/300ème de seconde pour que l’image ne soit pas floue. Or l’appareil règle rarement à ces niveaux-là en automatique.

CONSEIL:

Réglez votre appareil sur priorité à la vitesse (Tv chez canon ou S chez Nikon) ou en mode manuel avec vos ISO en automatique. L’appareil fera le calcul et vous n’aurez plus de photos floues.

Pour ceux que la notion de vitesse d’obturation embête, j’explique tout ça dans la vitesse d’obturation expliquée par un cowboy (ouais en cowboy parce que je m’investis)

3. Ne pas utiliser la compensation d’exposition (+/-)

erreur de débutant. Ne pas utiliser la compensation d'exposition

J’ai mis tellement de temps à l’appliquer. Ne faites pas comme moi.

Soyez attentif à ce qui suit :

Si vous utilisez les modes semi-automatiques de priorité à l’ouverture (Av ou A) ou à la vitesse (Ts ou S) ou même Program (P), servez-vous de la compensation d’exposition pour ajuster votre exposition.

Car l’appareil dans les modes automatiques fait souvent de petites erreurs. Avant je ne comprenais pas mes problèmes d’exposition alors je passais en mode manuel (en me disant de toute façon qu’un bon photographe se devait d’utiliser le mode manuel) et je réglais. Mais je perdais un temps infini. Et ce que je voulais prendre pouvait bien s’être envolé.

Alors qu’il existe un bouton ou une molette magique (+/-) à bouger dans un sens ou dans l’autre.

En priorité à l’ouverture, elle changera la vitesse d’obturation et en priorité à la vitesse, elle modifiera l’ouverture. En deux ou trois secondes vous aurez l’exposition que vous voulez.

C’est pas beau ça?

4. Ne pas avoir la bonne mise au point

Je n’ai pas fini de me battre avec celui-là non plus.

Certains photographes laissent complètement le soin à leur appareil de décider pour eux la mise au point. Grave erreur !

C’est une habitude terrible car l’appareil se concentre souvent sur un mauvais endroit ruinant votre image. Exemple: si vous photographiez une personne et que le point focal se met sur son oreille ou sur son nez au lieu des yeux, vous n’avez plus qu’à la supprimer. Peu importe si elle avait un sourire radieux ou un regard expressif. Poubelle.

Autre point : il est courant pour les photographes (moi inclus évidemment 😊) d’acheter ce nouvel objectif à grande ouverture f/2.8, f / 1.8 et de penser qu’ils doivent tout prendre à ouverture maximum parce qu’ils le peuvent. On est tous accro à la grande ouverture et au bokeh pas vrai?

Le problème c’est que lorsqu’on photographie avec une profondeur de champ très faible, la mise au point doit être parfaite au risque de gâcher la photo.

Aujourd’hui je me force (malgré tout mon être qui implore) de régler à f / 4 au lieu f / 2.8. Il y a toujours un beau fond avec bokeh, mais je minimise mes erreurs de mise au point. J’ai trop fait de conner…!

5. Utiliser le stabilisateur quand votre appareil est sur trépied.

Encore une petite chose toute bête qui peut vous ruiner un chef d’oeuvre.

Vous êtes là devant ce magnifique ciel étoilé. Vous faites de jolies pauses longues. Votre composition est superbe. Vous rentrez à la maison, certain d’entrer bientôt dans l’histoire de la photographie. Vous êtes déjà en train de vous demander comment vous vous habillerez à la remise des prix du National geography contest. Vous mettez votre photo sur votre ordinateur et là stupeur! les étoiles sont floues, les arbres aussi, la tente pareille. Vous êtes passé d’une poignée de main avec Obama à un clic sur le bouton poubelle. Dur redescente sur terre après ce voyage dans les étoiles.

Tout ça à cause du stabilisateur qui continuait à fonctionner sur le trépied.

Le stabilisateur d’image de votre objectif ou de votre appareil photo a pour but de rendre vos photos plus nettes quand elles sont prises main levée. Il compense vos micro-tremblements (pas d’inquiétude c’est naturel).

Grâce à lui vous avez un peu plus de marge d’erreur. Cependant, le sauveur peut devenir bourreau quand vous le mettez sur trépied.
Il produit l’effet inverse. Les micro-vibrations induites par l’appareil pour compenser votre micro-tremblements se retournent contre vous.
Résultat votre photo devient floue.

CONSEIL:

Veillez donc toujours à désactiver le stabilisateur lorsque vous utilisez un trépied (pour ça RDV dans votre mode d’emploi. Il ne sert pas qu’à caler les meubles :))

Moi il est sur le côté de mes objectifs. Il est intitulé VC (vibration compensation).

Si vous remarquez que vos photos sur un trépied sont quand même légèrement floues, le problème peut venir aussi du vent ou du fait d’appuyer trop fort sur le déclencheur.

Si vous n’avez pas de télécommande, réglez le retardateur sur 2 secondes. Vous serez sûr au moins que ce n’est pas votre doigt qui fait trembler toute la structure.

Voilà pour les 5 erreurs les plus courantes des débutants en photographie qui, ils me semblent, sont responsables de beaucoup de photos au potentiel exceptionnel réduit à de vulgaires m…!

Si vous rayez ces 5 principales erreurs de votre liste, vous verrez que vous prendrez de bien meilleures photos.

Et pour reprendre une citation que j’apprécie:

« Si j’entends, j’oublie, si je vois, je retiens, si je fais, je comprends » Confucius

Pour le dernier point, il n’y a rien que je puisse faire pour vous. A bon entendeur…

A vos appareils,

Alexandre

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ebook offert: le guide du photographe outdoor.

Téléchargez immédiatement:

"10 conseils pour réussir vos photos de paysage"

Félicitations! Tout s'est déroulé avec succès. Vous pouvez maintenant aller dans votre boite mail. Si par hasard aucun message n'apparait, allez voir dans vos indésirables. A tout de suite.