L’exposition en photographie de paysage

 

Un photographe désirant progresser doit maîtriser quelques notions.

Ces notions sont fondamentales pour avancer.

Laissez-moi vous expliquer rapidement ce qu’est l’exposition d’une photo et par quels critères elle est déterminée.

Commençons. C’est facile à comprendre.

L’exposition d’une photo désigne la quantité de lumière que le capteur numérique (ou la pellicule argentique) a reçu au moment du déclenchement. Pour faire simple, une photo est bien exposée quand le capteur de l’appareil a reçu la « bonne » quantité de lumière, sous-exposée quand il n’en a pas reçu assez et sur-exposée quand il en a trop reçu. Exemple en image:

 

De gauche à droite: sur-exposée, sous-exposée et bien exposée.

Nos appareils sont devenus très intelligents. Ils font souvent du très bon travail pour bien exposer automatiquement une photo. Cependant nous sommes plus intelligents et plus créatifs qu’un appareil photo. Ne le laissez pas décider à votre place! C’est là ma mission de vous convaincre de gérer les paramètres qui contrôlent l’exposition car si vous voulez maîtrisez le résultat de vos images, il vous faut comprendre comment régler l’exposition.

Pour cela il existe trois paramètres fondamentaux. J’explique.

L’exposition: les trois ingrédients

Il existe trois éléments qui forment ensemble ce que l’on appelle le triangle d’exposition.

1 – L’ouverture du diaphragme

 

L’ouverture correspond au diamètre d’ouverture du diaphragme qui laisse entrer la lumière extérieure.

 

Pour prendre une métaphore, c’est comme ouvrir des volets dans une pièce sombre. La quantité de lumière qui éclairera la pièce dépendra du degré d’ouverture des volets.

2 – La Vitesse d’obturation

 

La vitesse d’obturation désigne le temps d’ouverture du diaphragme pendant lequel la lumière entre dans l’appareil.

 

Vous comprenez que plus le capteur reçoit longtemps de la lumière, plus la photo sera exposée.

3 – Sensibilité ISO

La sensibilité ISO désigne la sensibilité du capteur numérique qui reçoit la lumière dans l’appareil.

Cette sensibilité ne dépend pas des conditions de lumière extérieure mais de la sensibilité de votre appareil.

Dans notre métaphore des volets, cela correspondrait à la sensibilité de vos yeux à la lumière. Ce ne sera pas la même si vous venez de vous réveiller, si vous avez les yeux très clairs ou les yeux foncés, si vous portez des lunettes de soleil….

Chacun des réglages gère l’exposition. Avant de développer ces notions plus en détail dans d’autres articles, j’entends déjà une question venir de loin

Pourquoi gérer ces paramètres si les modes automatiques le font très bien ?

C’est une interrogation légitime alors qu’on observe un progrès permanent de la qualité des appareils ou des téléphones sans aucun réglage. Pourquoi s’en préoccuper ?

Je dirais oui, il ne sert à rien de s’en préoccuper, si vous n’avez pas envie de sortir de l’ordinaire. Seulement, en ne sortant pas de l’ordinaire, ne vous attendez pas à faire des photos extraordinaires.

Voici donc quelques raisons non exhaustives pour vous encourager à maîtriser vos paramètres d’exposition dans votre pratique photo outdoor.

1° Tout d’abord l’appareil ne fait pas toujours le bon choix. Il se trompe souvent lorsqu’il cherche à tout exposer dans des conditions de lumières très contrastées (écart de luminosité très important entre le ciel et le sol par exemple). Il aura tendance à bien exposer qu’une partie de l’image mais pas forcément celle qui vous intéresse. Cela vous fera rater votre photo sans que vous sachiez pourquoi ni comment l’éviter.

2° Dès que vous êtes en condition de faible luminosité, l’appareil déclenche automatiquement le flash. Beurk ! Avec de bons réglages vous pourriez décider d’avoir l’ambiance, la lumière et la netteté que vous voulez. Et ce sera beaucoup plus esthétique que la lumière pâle et éblouissante d’un flash. Sauf si bien sûr vous avez un flash haut de gamme et que vous savez vous en servir. A ce moment-là c’est différent mais si c’est le cas, je ne vous apprends probablement rien avec la notion d’exposition.

3°Vous pouvez également vouloir volontairement sous-exposer ou sur-exposer des photos pour des raisons artistiques. Pensez aux effets des ombres chinoises. Vous sous-exposez volontairement l’image pour lui donner un style. L’appareil automatique n’évolue pas dans votre tête. Il produira toujours la même photo que les paramètres automatiques lui disent de faire en faisant une moyenne de la lumière qu’il mesure.

4° Enfin la plus importante des raisons: tous ces paramètres d’exposition ne sont pas là par hasard. Ils ont des effets sur le rendu de votre photo.

L’ouverture gère la zone netteté de votre photo (profondeur de champ), la vitesse s’occupe de gérer la netteté des mouvements, la sensibilité de prendre en charge les photos en basse lumière quand les deux autres paramètres arrivent à leurs limites.

Je n’en parle pas davantage ici car ils méritent tous un espace à eux seuls. Cependant retenez ces raisons.

Maîtrisez vos paramètres vous permettront de 1° réussir techniquement vos photos et 2° prendre partie de la technique pour commencer à mettre en oeuvre votre créativité.

Le prochain article se consacrera à l’ouverture et son importance dans la photo outdoor (quand je l’ai découvert un monde nouveau s’est ouvert à moi. Passionnant!)

A bientôt

Alexandre Jacquet

Ebook offert: le guide du photographe outdoor.

Téléchargez immédiatement:

"10 conseils pour réussir vos photos de paysage"

Félicitations! Tout s'est déroulé avec succès. Vous pouvez maintenant aller dans votre boite mail. Si par hasard aucun message n'apparait, allez voir dans vos indésirables. A tout de suite.